Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir
Culture/Théâtre

L'étranger

06/05/2021 de 20:00 à 22:00 (Europe/Brussels / UTC200)


Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. 
J'ai reçu un télégramme de l'asile : 
« Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » 
Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier.
L'histoire commence par l'annonce froide à Meursault du décès de sa mère. Pendant l'enterrement, par une chaleur caniculaire, on constate que ce deuil semble ne lui faire ni chaud ni froid. Ensuite, nous assistons, dans une banlieue de l'Algérie française des années 40, au petit quotidien banal de ce jeune pied-noir, personnage étrange à force d'avoir l'air indifférent à tout. 
C'est en commettant un meurtre qu'il prend conscience qu'il avait peut-être été jusque-là étranger à lui-même, à sa propre vie, et que l'acte qu'il vient de poser aura des conséquences. 
J'ai compris que j'avais détruit l'équilibre du jour.
La deuxième partie du livre raconte le procès de Meursault. Celui-ci répondra toujours la vérité, la sienne, aux juges qui l'interrogeront, sans jamais chercher à arranger la réalité pour tenter de sauver sa peau. A la question : Pourquoi avez-vous tué ? Il répond : Parce qu'il y avait du soleil. Meursault sera condamné à mort.
« L'Etranger », selon Camus lui-même, c'est l'histoire d'un homme condamné à mort pour n'avoir pas pleuré à l'enterrement de sa mère.
Sur scène
L'idée centrale de l'adaptation et de la mise en scène est de raconter cette fable dans un espace vide, une cellule, prison ou chambre de réflexion, dans laquelle Meursault se raconte sa propre histoire, faisant ainsi une sorte de bilan récapitulatif dans lequel chaque événement vécu ou reconstitué en amène un autre sans réelle logique hormis celle de mener au procès qui le jugera. 
Le spectacle est court. Il dure environ une heure. La mise en scène est simple, brute et frontale et fait la part belle à ce texte-coup-de-poing. La représentation est suivie immédiatement d'une rencontre-débat.
La lumière et surtout le son créent des atmosphères très contrastées mettant l'accent sur l'opposition entre les deux parties du récit : d'abord le rapport au monde dans une sensualité presque animale puis l'enfermement, l'introspection et la naissance de la conscience. 
Sur scène, trois acteurs : un jeune comédien qui joue un Meursault proche du public, une jeune comédienne qui joue sa fiancée et un comédien plus mûr qui incarne la société dans laquelle évolue Meursault et dont il se sent différent, représentée par Monsieur Tout-le-monde (le voisin de palier, le patron, l'avocat, le juge, l'aumônier, etc...)

Théâtre de la Chute

Plus d'infos
Culture/Théâtre
Ajouter un événement au calendrier
iCal