JE T’A(b)IME - Partenaire particulier cherche partenaire respectueux-se

 

PARTENAIRE PARTICULIER CHERCHE PARTENAIRE RESPECTUEUX-SE

Contradiction entre l’amour pouvant parfois être décrit comme idyllique et ce besoin d’emprise et de destruction dans la relation de certains couples.
A la frontière entre le phénomène sociétal et l’intimité, la violence entre partenaires nous pousse à nous positionner, en tant que professionnel, en tant que proche, en tant que victime ou qu’auteur.

Nul ne reste indifférent : pitié envers la victime, dégoût envers le partenaire violent. Parfois, nous sommes désarçonnés par les alternances d’humeur de ce couple qui passe de l’orage au beau temps.
Nos avis suivent le pas et, à nos yeux, la victime peut alors devenir responsable : « Elle le veut bien », « Elle le mérite », … ; tandis que la personne que l’on décrivait comme bourreau voit alors ses torts s’excuser.

Au fond, cette vision aussi dichotomique du bon contre le mauvais, ce besoin de juger et de fixer un responsable, ne nous poussent-t-ils pas à occulter le processus de domination et les différents enjeux qui se jouent ?

Nos stéréotypes nous laissent pour image de la violence entre partenaires, une femme à la fleur de l’âge, le visage tuméfié par les coups de son mari violent.
Mais n’y a-t-il que les coups qui font mal ?
Nos plus âgés ne sont-ils pas aussi concernés ?
Quant à nos jeunes ; quelle image ont-ils du partenaire idéal ?
Comment gèrent-t-ils les premiers comportements de jalousie et d’appartenance de leur tout premier amour ?
Les hommes peuvent-ils également être violentés ?
De même, nos stéréotypes ne nous mettent-ils pas des œillères sur l’ampleur du phénomène.

En Belgique, on estime à 45 000, le nombre de dossiers annuels qui sont déposés dans les Parquets.
Une étude de 2014 (Agence des Droits Fondamentaux de l’UE) a évalué à 9% le nombre de femmes violentées physiquement ou sexuellement par leur partenaire ou ex-partenaire au cours de l’année.
On considère également que l’on retrouve dans un couple sur huit, des violences psychologiques (Fred et Marie).

A Comines-Warneton, la Zone de Police a comptabilisé pour l’année 2018, la rédaction de 185 PV initiaux dans le cadre des violences intrafamiliales.
Cela représente plus d’une plainte tous les deux jours !
Nous ne comptons pas ici les interventions, ni le travail réalisé suite à l’ouverture du dossier.

Malgré ces chiffres déjà trop importants, il faut se rappeler que la violence entre partenaires peut être sourde et insidieuse.
Beaucoup de situations de violence ne sont pas portées à la connaissance de la Police, soit parce que la victime n’a pas conscience de la spirale dans laquelle elle se trouve, soit parce qu’elle n’ose pas se confronter au système judiciaire car celui-ci fait peur et qu’il est difficile de concevoir de mettre à mal l’être aimé, soit encore car elle choisit de se tourner vers d’autres services.

De ce fait, il est facile à comprendre que le phénomène dépasse certainement de loin les chiffres que l’on vous propose ici.

C’est pour cette raison que la Plateforme Education Permanente de la Ville de Comines-Warneton a décidé de créer sa campagne « JE T'A(b)IME ».

Notre volonté est d’impliquer chacun : hommes-femmes ; jeunes- personnes plus âgées ; citoyens – professionnels ; impliqués- proches ; … car nous avons TOUS notre rôle à jouer. Cela pourrait déjà commencer par reconnaître qu’une relation DOIT être basée sur le respect ; de soi et de l’autre.

Le programme d’actions propose :
- Chuuut ! - durant le mois d'octobre.
- La conférence/débat d’ouverture de la campagne - 24/10/19. Ces relations qui font mal, parlons-en !
- 'Relation sous tension, créons l'attention !' Street art collectif. Ateliers d'octobre à avril. Exposition du 23 avril au 20 mai.
- Mieux communiquer pour vivre en harmonie ? Un stage en Communication Non Violente (CNV) - samedis 23/11, 14/12, 11/01, 25/01, 15/02 de 9 à 12h.
- La pièce de théâtre « Cinglée ! » de la Cie de la bête noire - 23/11.
- De relayer la campagne du Ruban blanc - du 25/11 au 06/12.
- Une formation à destination des professionnels - janvier 2020.
- La création d'un répertoire des opérateurs et ressources de la région ainsi qu'une table-ronde de présentation des opérateurs et des outils (à définir).
- ‘J’aimais le diable’ - Rencontre littéraire avec l’auteure Julie Bodelot -19/02.
- Ciné-débat autour du film 'Jusqu’à la garde’ – 16/04.
- Animations du Planning familial - en scolaire et pour des groupes d'adultes déjà constitués - toute l’année.
- Thème du concours poésie - de septembre à juin.
- Campagne de communication - toute l'année.

Partenaires : Les membres de la plate-forme ’éducation permanente’ (PCS) de Comines-Warneton, à savoir Amarrages, l’AMO Agora Jeunes, le Centre culturel de Comines-Warneton, le Centre de Lecture publique, le Centre Local de Promotion de la Santé du Hainaut Occidental, Comines Contact Culture, le CPAS, CPMS libre de Comines, les Equipes Populaires, les Femmes Prévoyantes Socialistes Wapi, Jeunes à votre service, la Maison d’Accueil L’Oasis, la Maison de Jeunes Carpe Diem, le Plan de Cohésion Sociale, Présence et Action Culturelles, le Planning familial Centre Aurore Carlier, La Source asbl, Maison médicale, Stéthoplus, Vie Féminine Mouscron-Comines, la Zone de Police Locale de Comines-Warneton.
Coordination: Centre culturel MJC.